Tchouf tchouf, histoire du studio

Situé à Hellemmes dans la banlieue de Lille, le studio Train-Train est un convoi de wagons, sans locomotive, envoyé à une allure pépère sur les voies du cinéma d’animation. Des wagons aux personnalités complémentaires que sont Gilles CuvelierGabriel Jacquel, Claire Trollé et un dernier qui s’est arrimé il y a quelques années, Marine Blin. Moyenne d'âge : 32 ans.
Fondé il y a dix ans à Roubaix sous forme d’association par les trois premiers accompagnés de Samuel Guénolé, le studio s’est installé en 2008 dans une maison meublée d’Hellemmes. Les quatre membres ont été formés au DMA cinéma d’animation de l’ésaat où ils se sont rencontrés, complétant leur formation aux Gobelins à Paris pour Gilles, au Kask à Gand pour Gabriel et Claire, à la Poudrière de Valence pour Marine. La singularité de la structure tient à sa polyvalence et à la complémentarité de ses membres, spécialisés dans la fabrication de courts métrages et de séries. Pas de leader ou de ligne directrice, paradoxe qui contredit l’analogie avec la voie ferrée, pas de répétition des tâches ou du travail, ce qui contredit à son tour l’expression choisie comme raison sociale. De train-train point. De train pas plus.
A part la passion de certains pour la lecture de TGV Magazine. Le studio fait des prestations variées pour des producteurs comme Les Films du Nord, Lardux, Papy 3D... Si leur spécialité est de travailler en animation traditionnelle 2D, ils se sont mis à l’animation 3D pour le besoin de certaines productions (Edmond était un âne de Franck Dion, produit par Papy3D et nommé aux Césars 2013, Hôtel, la série expérimentale en ligne d’Arte, réalisée par Benjamin Nuel et produite par Lardux), élargissant ainsi leur expertise et recentrant leur activité sur le cœur même de leur métier : le mouvement.
Structure autogérée, accueillant les collaborateurs additionnels au rythme des commandes, les stagiaires avec respect et sans abus, avec le souci de préserver le rythme du travail de chacun, le studio a su se faire une place dans l’univers concurrentiel du cinéma d’animation. Sa patte c’est la qualité, avec des individualités attachées à préserver certaines valeurs liées à leur qualité de vie tout en se plaçant à la pointe de la qualité technique de leur art. Mais si le studio travaille sur les projets des autres, ses membres sortent parfois de leur statut d’artisan-exécutant pour mettre la casquette de réalisateur et mener à bien leurs propres projets. Coréalisant ou réalisant leurs films, ils prennent à leur tour le rôle de chef de convoi, tractant les autres wagons.
Si c’est plus rare, Le studio se retrouve aussi parfois producteur. Ça a été le cas pour Sumo, le film de fin d’études de Laurène Braibant que les quatre fondateurs ont tenu à voir finaliser en l’accueillant au studio.
Ils ont gardé l'habitude depuis et accueillent en résidence des jeunes diplômés pour les aider à finaliser leurs projets.
La cohésion de leur structure est tout de même liée à la fragile régularité du travail. Pas étonnant donc qu’ils cherchent à alimenter le fourneau de leur propre charbon. Les projets ne manquent pas, même s’ils n’aboutissent pas tous et ont des réussites diverses.
Si les cheminots ont la réputation d’être solidaires dans le travail, c’est peut-être là qu’il faut chercher l’origine de leur nom.

Les cheminots

Marine Blin

La dernière arrivée au studio, Marine a déjà participé à plusieurs projets.
Passée par le DMA de Roubaix, puis par l'EMCA et la Poudrière,
On attend son nouveau film d'ici 2018.

Gilles Cuvelier

Aussi co-fondateur de la société de Production Papy3D, Gilles a participé à la majorité des projets du studio depuis sa création.
2017 verra arriver son nouveau film, (fool time) JOB.


Gabriel Jacquel

Gabriel est le réalisateur de Recto Verso et Beuââârk !
Il a aussi réalisé les parties animées du documentaire La Ferté, un cercueil de béton.
Il adore réparer les ordinateurs,
C'est sa grande passion...
Avec les impressions.

Claire Trollé

Claire est animatrice au sein du studio. Elle a supervisé le film de commande pour
le Musée de l'Homme.


Y'en a qu'en ont parlé

Un article de 2013 dans la Voix du Nord

Archives des lettres de l'AFCA, 2013

Postuler pour un stage

Le studio Train-Train n'est jamais opposé à l'accueil de stagiaires. Encore faut-il que ça soit compatible avec ses contraintes de productions et à son planning, il nous paraît peu intéressant de faire comme certains studios un usage abusif de contrats de stage pour servir de petites mains sur des opérations fastidieuses ou pour les garder à regarder le papier peint - quand bien même la lecture des graffitis sur les murs du studio pourrait occuper de saine lecture quelques heures d'inactivité.
Quand nous prenons des stagiaires c'est pour que la relation soit bénéfique aux deux parties, une relation win-win comme on dit. En conséquence nous tenons à ce que les stagiaires postulent en connaissance de cause (au moins qu'ils sachent ce que nous faisons) et qu'ils s'engagent à une présence et une motivation qui sera gratifiée en retour de notre attention et de nos conseils.

Pour postuler, remplissez le formulaire de contact en précisant dans l'objet [Demande de stage], en précisant la période et la durée envisagée et en motivant un peu votre requête. Nous répondrons dans la mesure de nos possibilités.

De la même façon le studio n'est pas fermé aux projets qui peuvent lui être soumis mais il faut quand même se rappeler qu'il n'a pas l'objet d'être une société de production.